Aux gens que j'aime, femmes, hommes et oiseaux...

Publié le 8 Mars 2013

20120805-001.jpg

photo (c) Luciamel, le ciel d'ici... le 05/08/2012, Paris 4e.

 

 

 

Sur les blogs comme dans nos vies, ou dans nos coeurs, les sujets passent et s'effacent... les peines, les révoltes, les joies, se recouvrent doucement et nous font oublier ce qui nous avait éblouis, consternés ou peinés, juste la veille. Tel un journal télé qui n'a pas le temps de s'attarder sur ses sujets... vite, vite, ça ne sera bientôt plus d'actualité. Le Pape ? du passé. La viande de cheval ? ça a fini par nous écoeurer. La crise ? de rire... La guerre au Mali ? on se prépare déjà à la prochaine. Alors, on tourne tranquillement sur le manège... de nos endormissements. "Ils" nous manipulent, "ils" sont des crapules, "ils" nous gourvernent, "ils"... et "nous" ? que faisons-nous de nos vies, de nos rêves, de notre capacité à changer le monde, de notre temps qui ne cesse de s'écouler dans le sablier ?

 

Aujourd'hui, on nous prescrit de parler des femmes... de leurs droits, de la parité, de l'injustice... etc. Et puis, on nous autorise à défiler, à protester, à nous faire entendre. Entre 14h et 20h, et suivant un itinéraire bien délimité. Nous faudra-t-il prendre en otage nos élèves, comme Adjani dans La journée de la jupe, ou nos dirigeants, comme les Femen dans leurs actions, pour dénoncer l'intorérable du machisme ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors, j'ai envie, comme à mon habitude, d'être décalée. L'étrangère ne se fera jamais aux habits qu'on lui demande de porter, aux mots qu'on lui demande de dire, aux règles qui sont de bon aloi.

 

En ces temps d'injustice, en ces temps de mutation extraordinaire, j'ai foi en l'avenir de l'humain. La résurrection viendra forcément (bientôt Pâques...), même si on ne l'attend pas.

 

Un blogueur ami est mort, il y a deux jours... (une éternité pour la blogosphère), un autre était parti le 27 juillet 2011 (qui en parle encore ?), bien sûr j'y suis sensible car je porte en moi un autre décès... celui d'Elisa, ma soeur, disparue entre le 30 avril et le 1er mai 2009. A force de tourner les pages, à force de faire comme le journal télévisé... nous finirons vieux (pour les plus résistants, car je n'oserais dire les plus "chanceux") sans avoir su que nous avions vécu.

 

La vie m'emmène ailleurs, et, comme je lui suis reconnaissante ! Qui es-tu, toi la vie ? Toi qui me fais quitter ce lieu où mon manège a tourné pendant si longtemps... (entrée dans le studio en 1981 (avec Elisa), repartie en 83 (trop petit pour deux, Elisa y restait), et revenue en 94 (Elisa en partait)... pour l'acheter en 98). Le 29 avril, la vie a décidé que je devais signer les deux actes de vente (celui de la vente du studio et de l'acquisition du nouvel appartement), pour emménager le 30 avril, ou le 1er mai, à Cergy. Date anniversaire de ton départ à toi... vers l'au-delà.

 

Quel est mon message dans tout ça ? Celui de la vie, celui qui me fait me réjouir de, demain, assister au mariage de @Menilmuche et de @Melle_Titam. Celui qui me fait croiser les doigts, et prier, pour l'oiseau (Thierry) qui traverse une sacrée épreuve en ce moment, et particulièrement aujourd'hui. Je pense à lui.

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0
Commenter cet article

lucia mel 17/03/2013 19:21


@Mokhtar El Amraoui : je suis flattée ;)) d'autant plus que le compliment m'est fait par un poète. Merci pour ta visite, et merci pour le lien sur ton très beau blog.

Mokhtar El Amraoui 17/03/2013 07:46


C'est avec beaucoup de bonheur que je découvre votre blog. Votre ouverture poétique et si sensible à l'autre m'a beaucoup touché. Merci pour  la fidélité et la graitude que vous manifestez à
l'égard des êtres qui vous sont chères.

lucia mel 11/03/2013 20:03


@Euterpe : merci pour les oiseaux ;)) au fait, tu as vu que Giuseppe a un très beau nouveau nid ? un camion qu'il a garé juste à côté de sa voiture et tout près de chez moi. Les Femen, je
comprends qu'on s'interroge sur leurs actions et qu'on se demande si ces seins nus servent vraiment une cause... (je crois me souvenir avoir lu un billet chez toi allant dans ce sens). J'avoue
que l'autre jour en voyant le documentaire de Fourest, puis en voyant l'une d'elles (celle qui vit en France) invitée chez Taddei... j'ai quand même été bluffée, elles ont une énergie colossale,
leur jeunesse aussi m'épate (les jeunes d'aujourd'hui auraient plutôt tendance à dormir ou à s'accomoder du monde tel qu'il est, ou pire à protester, juste pour protester...) : elles
révolutionnent vraiment quelque chose, avec l'excès que cela suppose. Des trolls ? elles sont allées beaucoup plus loin que ça, me semble-t-il.

Euterpe 11/03/2013 13:15


J'aime beaucoup ton titre parce que les oiseaux font aussi partie des "gens" que j'aime :)


La vidéo, je ne peux pas l'écouter, comme d'hab....


A propos des Femen, je suis choquée de voir ta copine Laloupe B. les traiter de trolls.


Il faut être en mode méga envieuse ! Qu'est-ce que tu en penses ?

lucia mel 09/03/2013 14:17


@Anne : maintenant c'est l'inquiétude... je n'ai pas de nouvelles, STP, si toi tu en as, envoie-moi un message privé sur FB.


 


@Chantal : la mémoire la plus essentielle est celle de la présence à l'autre. Merci pour ta présence.


 


@Solveig : l'internet est comme nos vies qui courent... cela nous fait parfois oublier... et j'oubliais... un autre ami blogueur parti avant le Coucou, je ne le lisais pas trop souvent, mais
assez pour sentir la peine de ses proches (Dorham en particulier, qui a laissé son blog Extra-Ball ouvert pour qu'on puisse continuer à lire les traces laissées par son ami : François, Doudourou, parti, lui, pendant l'été 2009).


 


@Béatrice : elle est vraiment très chouette cette chanson. Je crois qu'on va s'y plaire à Ceeergy ;)))


 


 


 

Béatrice 09/03/2013 12:31


  Quelle drôle de synchronicité, oui, en effet ... En tous cas bienvenue à Cergy, cergy !


Notre sweet, sweet, sweet, Cergy - La ville à la campagne, pas si pourrie !!

solveig 09/03/2013 10:16


Ce n'est pas parce que l'on ne parle pas des gens qu'on les oublie.


Quand je passe chez toi, je pense à ta soeur que je ne connaissais pas ni toi non plus, d'ailleurs. Je sais juste que tu l'as rendrement aimée et que tu es inconsolable.


Je pense toujours au Coucou, que j'ai mieux connu, chaque fois que qque chose fait débat je me demande ce qu'il en aurait pensé ...


Je ne sais pas ce que Thierry traverse en ce moment mais j'ai une pensée amicale pour lui et pour vous tous qui le soutenez.


Et, tu as raison, meilleurs voeux aux amoureux qui se marient aujourd'hui, parce que la vie c'est ça aussi.

chantal 09/03/2013 09:40


Merci d'aimer femmes, hommes et oiseaux ; merci aussi de vous souvenir de ceux qui sont partis, de ceux qui sont dans la peine, pour qui, comme moi, a peu de mémoire.


Je ne sais pas qui est la vie mais suis consciente et heureuse d'être vivante, de ce que je ferai tout à l'heure, aujourd'hui, demain et les jours suivants. 


Bonne journée.


 

anne des ocreries 08/03/2013 22:07


J'ai pensé à notre Piaf toute la journée aussi, je suis bien contente que ta pensée se soit jointe à la nôtre ici pour lui porter bonheur : il en a bien besoin, en ce moment. Merci pour lui,
Lucia !