25 avril, Grândola vila morena...

Publié le 25 Avril 2011

 

20110425-tags-001.jpg

                                          photo (c) Luciamel, Père Lachaise, le 25/04/2011

 

 

Lundi de Pâques, promenade au Père Lachaise avec @Menilmuche, Fabien. C'est son quartier, il aime me montrer les restos, les rues, le square auquel il a fait en sorte qu'on donne le nom de son ami déporté, on est allés sur sa tombe, il y a déposé une rose rouge. Fabien c'est une célébrité dans son quartier. Il parle, il parle... parfois j'arrête de l'écouter... parfois je l'interromps (moi aussi je suis bavarde). Nous n'avons assisté à aucune résurrection. Pourtant les morts nous ont parlé, à leur façon.

 

20110425-tags-002.jpg                                           photo (c) Luciamel, Père Lachaise, le 25/04/2011

 

 

On a croisé de jeunes taggeurs, ils étaient en activité (avec masque et tout le matos), nous on était à côté en terrasse, on était complètement intoxiqués par les vapeurs. Deux femmes sont allées voir les jeunes pour leur demander d'arrêter... Ils ont poursuivi, outrés qu'on vienne limiter leur liberté ! Une a insisté, elle a voulu arracher le masque du taggeur, elle lui a demandé de continuer à opérer ainsi : sans protection. Il a réclamé, on l'empêchait de faire ce qui était son bon droit : tagger. L'autre femme s'est interposée, non, franchement ils pouvaient faire ça la nuit, non ? Il a demandé si elles étaient en terrasse et gênées par les vapeurs, ils étaient désolés, mais ils avaient le droit de faire comme ils voulaient. Un point c'est tout, à leur sens. Caricature de l'abus de liberté...

 

 

20110425-tags-003.jpg                                            photos (c) Luciamel, Père Lachaise, le 25/04/2011

 

 

On est partis vers Belleville. Là, on a croisé Roswitha et Christine... elles sont deux promotrices de l'art de rue, les taggeurs sont leurs amis... elles venaient de faire des photos. Je m'interroge sur notre conception de la liberté. Je préfère décidément FKDL... car lui n'utilise pas de bombes. Avoir des droits... oui, et des devoirs ? aussi.

 

Hier, je m'étais promenée dans Paris, là c'était une autre image qui m'a été suggérée... celle de Marie Madeleine, lorsqu'elle a vu Jésus ressuscité dans le jardin, le lundi de Pâques. Il l'a appelée : "Myriam". Tout d'abord elle ne l'a pas reconnu, puis elle s'est retournée et l'a vu : "Rabbouni". Elle a voulu le prendre dans ses bras : "ne me touche pas, je ne suis plus de ce monde (noli me tangere)". Il a voulu la revoir, elle, en premier. Il a voulu lui faire comprendre que désormais il l'attendait dans une autre dimension. Elle et Lui, à jamais unis. Elle, Marie Madeleine, Lui, Jésus Christ. Nous... ceux qui les avons suivis (vous savez, c'est comme sur Twitter... on se follow... et on crée une communauté).

 

20110424-Ne-me-touche-pas-et-Segolene-Royal-007.jpg                                  photo (c) Luciamel, 24/04/2011, Théâtre de l'Odéon, Noli me tangere.

 

 

 

 

 

 

Grândola Vila Morena, la révolution des oeillets. Zeca Afonso.

 

 

Et qu'on arrête de me dire que je ne suis pas révolutionnaire, que je ne suis pas féministe, que je ne suis pas... chrétienne... que je ne suis pas française, que je ne suis plus portugaise...

 

 

"Jurei ter por companheira à sombra duma azinheira que jà não sabia a idade...jurei ter por companheira Grândola a tua vontade"

 

 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0
Commenter cet article

lucia mel 26/04/2011 13:55



@MHPA : plus que tout ça ? je me suis demandé pourquoi "révolutionnnaire, féministe, chrétienne, française, portugaise"... sans doute important pour moi... Merci pour ta confiance.


 


@Julien : oh, le chant des partisans... j'aime en faire lire les paroles à mes étudiants...


 


"Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne ?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c'est l'alarme.
Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.


Montez de la mine, descendez des collines, camarades !
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.
Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite !
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau: dynamite...


C'est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères.
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.
Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève...


Ici chacun sait ce qu'il veut, ce qu'il fait quand il passe.
Ami, si tu tombes un ami sort de l'ombre à ta place.
Demain du sang noir sèchera au grand soleil sur les routes.
Chantez, compagnons, dans la nuit la Liberté nous écoute...


Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu'on enchaîne ?
Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?"


 


Apparemment, les jeunes cons sont les mêmes aujourd'hui qu'en ces temps-là de haine. Toujours les jeunes cons seront
là pour défendre leur bon droit à pouvoir emmerder les autres. Mais les vieux cons... sont ceux qui les ont entraînés à la guerre et à la haine.


 






lucia mel 26/04/2011 13:40



@JEA : oui, et ce n'est que tard hier soir que je me suis rappelée...


 


@Anne : je t'assure qu'on était trois (femmes) à avoir la main, ou le pied, qui nous démangeait. On n'est pas restés plus longtemps, Fabien et moi, parce que ça puait trop, leur liberté ! et que
j'aurais fini par m'énerver. Tu as raison, ils sont jeunes (et, d'après l'allure, plutôt des bobos, sûrs de leur droit à la liberté d'emmerder autrui), et donc le pur produit de notre société :
"tous pour moi... car tous pourris", le "un pour tous" est passé à la trappe.



anne des ocreries 26/04/2011 09:57



Tes petits taggueurs à la manque, j'leur aurais bien botté les fesses, moi ! qu'est-ce que c'est que ces gens qui invoquent "LEUR" droit à tout bout de champ, en méprisant celui des autres ? Elle
est là, notre société, toute entière dépeinte dans cette anecdote ! Ces jeunes ne sont pourtant qu'en partie responsables....on a dû oublier de leur transmettre quelques notions de base
cruciales.



JEA 26/04/2011 06:48



Le 21 avril 1967 : coup d'état militaire en Grèce.


Le 22 avril 1915 : première utilisation de gaz par les Allemands à Ypres.


Le 25 avril 1975 : Révolution des oeillets.



Julien 26/04/2011 00:55



Sur les gaz, si j'avais été là, et avec la présence d'esprit (pas toujours), j'aurais dit:


"Laissez faire, dans quelque temps, nous en porterons tous...des masques, il suffit de s'y habituer au plus vite!"


Les gaz sont dans l'air, c'est évident!


Je sais, c'est de la provocation, mais... au regard de ce qui se passe, pas tant que cela.


Voir ici: 25.03.11:


"Il importe de signaler que les niveaux de radiation en Europe restent inchangés", a indiqué M.Barroso devant les journalistes à Bruxelles.


http://french.ruvr.ru/2011/03/25/47988442.html


Début avril, un effort sera fait sur les aliments importés du Japon:


http://www.actu-environnement.com/ae/news/michele-rivasi-proposition-reglement-europeen-normes-radioactive-aliments-alignement-japon-12412.php4#xtor=EPR-1


Sans transition:


Cette chanson de Zeca Afonso m'a donné les frissons, elle me rappelle bien évidemment le chant des partisans, j'ai choisi
cette version:


http://www.youtube.com/watch?v=fcdoaNsaQos


 



MHPA 25/04/2011 23:50



Tu est tout ça, et certainement même plus, Luciamel