Un homme parle du manque d'humanité

Publié le 9 Avril 2009

Qu'il est rassurant de lire sous la plume d'un homme, d'un écrivain, de Tahar Ben Jelloun, ces mots :

"Les intégristes ont un vrai problème avec la femme, avec le sexe de la femme. Que ce soit dans le judaïsme, le catholicisme ou l'islam, l'intégrisme tremble devant le corps de la femme, a peur de son sexe, et réagit avec la violence du frustré ou du perturbé par la sexualité. Tout tourne autour de cela."

Rassurant qu'un homme le dise, le dénonce, et terrifiant... de lire cela :

"Les talibans, par exemple, imaginent un monde où la femme s'est retirée du monde. Elle existe, mais cloîtrée dans la maison et n'ayant aucun droit de sortir. Cela ne veut pas dire qu'ils crachent sur le plaisir sexuel, au contraire, ils aiment ça au point de vouloir le posséder et d'être les seuls à en jouir. C'est le sens du projet de loi que le président Hamid Karzaï a voulu déposer. Un projet qui souhaitait rendre légal "le viol de l'épouse" et interdire à celle-ci de sortir sans l'autorisation du mari."

L'intégralité du texte de l'article in. Le Monde.

Quand on voit
une jeune fille fouettée en public, les jambes tenues par sa mère sans doute, avec l'assentiment de toute une communauté, on ne peut que se rappeler la parole biblique de la femme lapidée, de Marie de Magdala proscrite, car femme libre, érudite... et de ce fait, traitée de prostituée. L'église l'a reléguée au rang de pécheresse repentie, Pierre et les autres disciples ne l'acceptaient que contraints et forcés... Jésus enfreignait toutes les règles en acceptant des femmes près de lui, et de plus en leur accordant un rôle de disciple... Judas ne la supportait pas cette Marie de Magdala. Pierre en était jaloux.

Ca fait deux mille ans... qu'on lui jette des pierres, et, dans la majeure partie du monde, si peu de choses ont changé depuis.

 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lucia mel 10/04/2009 23:14

@Mtislav : finalement, le texte n'a pas été voté... ouf ! (des députés cachés ?) mais là ou ailleurs, finalement, les hommes ont-ils vraiment besoin d'une loi, pour croire qu'ils peuvent violer femme et enfants, en toute impunité ?.. on le vérifie de par le monde, Japon, Asie, Proche Orient, Europe, Occident... les femmes et les enfants sont maltraités (pas tous, bien sûr, ce n'est qu'une minorité d'hommes, soit, mais c'est déjà bien trop... qui se sentent autorisés à pouvoir le faire). Tahar Ben Jelloun le dit bien, avec ou sans loi, les hommes continueront "à se conduire en brutes avec les femmes".Car pour ces hommes, comme pour beaucoup d'hommes... (en occident aussi) une femme qui jouit est une "salope".

lucia mel 10/04/2009 22:36

@Noèse : merci de nous réveiller nous aussi dans nos consciences, en ce moment un peu bousculées quand même... Je n'ai pas encore lu La pierre de patience, mais on m'en a dit le plus grand bien. Ne nous leurrons pas trop quand même... les hommes n'attendent pas qu'une loi soit votée pour violer leur femme... ils le font même sans ça, en France, 1 femme est tuée tous les trois jours sous les coups de son mari, ou son compagnon, les enfants... c'est 1 tous les deux jours, je crois... qui meurent sous les coups de leurs parents.

mtislav 10/04/2009 17:37

Karzaï, ce n'est pas l'image que j'avais. C'est triste.

noese cogite 10/04/2009 14:46

Ton billet de ce matin me fait hurler. J'ai vu le film
Les Cerfs-volants de Kaboul - AlloCiné
J'ai lu le livre  Syngué Sabour : La pierre de patience   Atiq Rahimi Ce que je retiens? La moralité ne s'adresse qu'aux femmes et son absence rend l'homme  pire qu'un animal. Ces femmes sont des êtres martyrisées dans tous les fibres de leur être ( leur âme y compris leur âme). En tant que canadienne je me sens encore plus interpellée..Notre pays envois de hommes se faire tuer pour que les Afghans..puissent enore violer  leur femme et les empêcher d'être des humains..Rien à faire avec ces intégristes.Très bon sujet pour se réveiller ce matin:)

thierry 10/04/2009 05:02

Et les choses n'ont pas tendance à s'arranger, je pense que les gens aiment leur monde, tel qu'il est. Ou alors il faut être bête.

lucia mel 09/04/2009 23:28

@Myel : je nous impute même une plus grande responsabilité que ça, une certaine culpabilité même... dans ce qu'une mère ferme les yeux sur sa fille violée sous ses yeux (parfois), qu'une femme peut être complice du dénigrement d'autres femmes... que des femmes participent au système tel qu'il est (et souvent s'en satisfont). Mais, je me réjouis de voir une femme (comme dans La journée de la jupe), avoir le courage de défendre une femme contre l'ordre machiste dominant, voir une femme reconnaître le talent d'une autre femme, ou simplement comme Martine Aubry dernièrement, ne plus dénigrer Royal systématiquement, mais lui apporter son soutien. Je me réjouis quand un homme prend la défense d'un autre homme injustement poursuivi, quand un homme s'élève contre l'injustice faite aux femmes... L'éducation, la valorisation que les femmes font de leurs garçons... fils ou mari... qu'elles les valorisent outre mesure, je te rejoins sur ce point que les femmes participent en cela au système. Nous sommes nous aussi conditionnées à reproduire les vieux schémas.

Myel 09/04/2009 23:11

Que penser lorsque les femmes, les mères sont celles qui transmettent une grand part de l'éducation ? Elles ne sont pas toutes aveugles et sourdes aux conséquences d'un certaine façon de faire en transmettant. Exemple commun s'il en est : " les garçons ne pleurent pas, ou c'est un jeu de garçon " !