De profundis, clamavi ad te...

Publié le 25 Mai 2009

Qu'est-ce que la mort, après tout ?

L'absence surtout.

Le téléphone qui sonne, mais ce n'est plus vous...

Car... vous êtes mort, et n'appelez plus.

Chaque instant, chaque émotion crie votre départ.

Nous pleurons, nous gémissons, mais nous vivons.

Alors, de profundis, de profundis, clamavi ad te...

Etre léger, quand même, rire... même...

Un blogueur a fermé son blog.

On s'en émeut, on l'aime bien.

Il est vivant, il nous fait juste le coup de l'amant...

Qui nous dédaigne et s'en va voir ailleurs

Si on y est...

Ras-le-bol des marins,

Ras-le-bol des... chagrins

Sans queue ni tête.

Tu veux pas de moi ?

Alors, passe ton chemin.

Tu veux plus de nous ?

Alors, oublie-nous.

Regarde-toi :

t'es juste de la matière

enveloppée de néant,

de chimères,

de firmament.

Alors,

Reviens quand tu veux,

Car toi, tu le peux...



Pour toi qui ne m'as pas appelée ce soir, toi qui es partie à tout jamais... toi, qui n'as pas fait de faux départ... toi qui n'as pas bluffé... avec ta mort, t'es morte pour de vrai... voici mon hymne à ta joie (je croise les doigts pour Nadal, ma douce). Et ce soir, je te la mets ta chère Billie Holyday... in my solitude... memories that never die...





Photos et textes (c) Luciamel.

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Ma douce

Repost 0
Commenter cet article

lucia+mel 27/05/2009 23:33

Dorham,je résiste, ou plutôt je vis, je me réjouis... je chante la vie... comme elle. Je relève le flambeau de son hymne à la joie de vivre (ce n'était pas ma tendance naturelle)... :)))Noèse,les vivants nous surprennent toujours... car ils nous font le plaisir de revenir...Jeffanne,merci, tes mots me touchent, me font du bien, un bien fou, comme me font du bien tous les mots d'affection qui m'ont été dits depuis ce jour de chagrin.Nanou,merci d'être venue, de m'avoir si simplement et si sincèrement déposé ces mots-fleurs que bientôt je m'en irai lui porter. Ceux que nous connaissons peu, nous disent eux aussi l'essentiel :)))

Nanoub973 27/05/2009 22:28

discrètement, pudiquement, j'ose vous dire combien je suis touchée car j'ai appris votre chagrin, chez Noèse à qui je suis fidèle, et j'osais pas ...mais je ressens très fort.

Jeffanne 27/05/2009 21:52

Alors au plus profond de ton chagrin,avec toi, je pleure aussi, avec toi je partage ta peine aussi, avec toi j'espère aussi,pour toi je compatis.

noese+cogite 27/05/2009 21:52

LM Dorham,,n'est pas "porté disparu"? :)

Dorham 27/05/2009 13:34

On résiste aussi pour ceux qui n'ont pas pu. Pour les faire vivre encore. Sans jamais s'arrêter !

lucia+mel 26/05/2009 20:01

Merci ma belle Noèse,oui, par moments ça remonte... le chagrin. Puis, l'amour reprend le dessus. Ce soir, je ne vais pas pleurer, enfin pas trop... je vais clamer : joie, Freude, à chaque pas... Jesus bleibet meine Freude...

noese+cogite 26/05/2009 09:54

La  mort c'est resté  avec plein de je t'aime  en berne. C'est à chaque momentavoir une penser vivante pour celui qui ne répond plus.Je sais ce qeu tu vis Lucia..que le temps pour rendre nos sourires moins fragiles.

lucia+mel 25/05/2009 22:42

Mtislav,je ne confonds pas... la mort de ma soeur le 1er mai... bien réelle et certaine. Celle de Billie aussi, mais plus lointaine. Celle de Dorham... plus virtuelle. Non, je ne confonds pas. Je t'assure.L'oiseau,oui, vivre... l'oiseau. Billie et vivre... c'était son choix, pourtant elle va rater son champion à Roland Garros cette année... et je te parie qu'il va perdre... car elle n'est plus là pour l'encourager... "Fais comme l'oiseau... ça vit d'air pur et d'eau fraîche un oiseau...".

Bluebird 25/05/2009 22:33

Parfois la vie nous sépart. Parfois c'est la mort. Qu'importe laquelle, c'est toujours douloureux. Très bon choix, Billie.L'oiseau

mtislav 25/05/2009 22:33

Faut pas confondre "petite mort" et funérailles... Billie, évidemment !