Chanson, toi qui nous parles...

Publié le 9 Septembre 2012

Retour de vacances, ou de vacance... de la vacuité. Lisez ce qu'on appelle "quotidiens" (journaux, blogs) et vous comprendrez le sens de ce mot : vacuus.

 

 

 

văcŭus

  1. Vide.
    • terra autem erat inanis et vacua et tenebrae super faciem abyssi et spiritus Dei ferebatur super aquas. (Vulgata, Genesis, 1.2.)
      La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux.

 

  20120908-042.jpg

 

photo (c) Luciamel, Coimbra, 5/09/2012, "... Unversité, bibliothèque. 

 

 

 

Il nous faudra, quoi qu'il en soit, essayer de nous amarrer à l'essentiel : les pensées de quelques amis (blogueurs, artistes, connaissances, compagnons de route...) pour ne pas perdre pied dans ce monde à la dérive.

 

Les philosophes aussi pourront nous empêcher de divaguer ou de croire aux sornètes de sirènes en mal de reconnaissance. Comte-Sponville et sa désespérance me vont bien.

 

On m'a également recommandé le Nachtzug nach Lissabon (Train de nuit pour Lisbonne) de Pascal Mercier. A lire comme l'un des livres essentiels d'une vie.

 

Avant les vacances j'ai lu Stefan Zweig, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme. Stefan Zweig et son suicide au Brésil. La vacuité du monde et sa désespérance à lui. Pourquoi se suicider ? en entraînant avec soi, qui plus est, sa jeune épouse... Ce petit livre en est comme une illustration paradoxale.

 

Je suis plongée dans La douleur de Marguerite Duras, que je tempère par la lecture, en parallèle, de L'amant de la Chine du Nord... La guerre encore, celle qui a broyé S. Zweig, Duras la restitue avec toute la violence émotionnelle de l'après horreur... Résistante et proche de François Morland, ainsi que de Mitterrand, elle y condamne De Gaulle et son oubli de la douleur...

 

 

 

 

 

 

 

Nos vagues... sont celles de la douleur, de la douceur, des sentiments, parfois désordonnés, mais aussi de l'esprit qui nous guide par-delà notre incarnation si terrestre...Celui qui n'a pas la chance de sentir en lui (elle) la présence de ce guide (ange gardien ou cerveau droit... salvateur), devrait se tourner vers... la musique ?

 

 

 

 

 

 

Rédigé par Luciamel

Publié dans #arts - livres - films -spectacles

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Martine 01/10/2012 20:48


@Lucia,


J'ai longtemps voulu croire que simples malentendus mais  la vie m'a prouvée que pas du tout...


Dslée :)))

lucia mel 30/09/2012 11:55


@Martine : ma chouchoute ;))) ? je m'accroche (ou, plutôt, m'accrochais) parfois sur (sous...) les blogs. Les commentaires et les commentateurs (trices) : toute une vie souterraine passionnante.
J'ai vérifié que, la plupart du temps - sur les blogs, comme dans la vie de tous les jours - les conflits sont basés sur des malentendus, ou sur un dialogue tronqué. Dommage. Bon, j'arrête mon
blabla... "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil". On est dimanche de Pleine Lune, le Soleil en Balance (la recherche d'harmonie) semble vouloir reprendre ses droits sur la
Lune/Uranus (faut qu'ça pétille ! qu'ça flamboie).


 


Bon dimanche :))

Martine 29/09/2012 20:36


Pas de souci Lucia, vous etes libre de lire ce que bon vous semble et de suivre ou pas, de répondre ou pas.


J'avoue ns pas avoir  cliqué sur certains liens...L'ai fait aujourd'hui, alors que dire^^^Eh bèèè! "L'amitié s'est sacré" donc je peux comprendre, néanmoins vot' chouchoute m'a plus
qu'agressée dans le passé, elle racontait n'import nawak donc me suis vu contrainte à intervenir sur des volets féministes quand à son  made in Germany et Gascogne^^^.


Enfin bon bref, la vie est ainsi faite.


 


 

lucia mel 28/09/2012 18:45


@NeverMore : oh... j'oubliais de répondre à mes commentateurs ! (je suis prise dans le tourbillon de la vie en ce moment). Ah ? c'est une référence à Poe ? Je ne l'ai lu qu'en français
(traduction de Baudelaire of course), je viens de vérifier sur Wikipédia : c'est le corbeau. Merci
pour la référence littéraire. Le sens du "jamais plus" me parle aussi, pour diverses raisons.


 


@Martine : désolée d'avoir tant tardé à répondre... Non, je n'ai pas lu Lovecraft, ah,
je comprends la relation avec Nevermore ;)) et Edgar Allan Poe. A explorer dans une vie future ;))


 


@Bombay Magic : merci pour ton apparition ici, j'aime la magie ;) Oui, le vide est ce qui permet la fécondation de l'esprit. Ou encore : toute création a besoin du vide pour exister. Vais aller
faire un petit tour par chez toi ;)

Bombay Magic 28/09/2012 04:37


Je venais de laisser un commentaire et il a disparu! Je recommence, désolée pour le doublon éventuel.


Je disais ...


Il y en a de belles choses dans ce billet pour lutter contre le vide. Je recommande tout Zweig (et aussi ses biographies, Marie-Antoinette..), et tout Duras aussi pendant qu'on y est. Et si
jamais vu, le très beau film "Hiroshima mon amour".


Merci pour la citation de la Genèse, texte que je connais surtout par les on-dits des vilains créationnistes et les échos des occasionels dimanches à l'église de mon enfance. Ca me donne l'envie
de le lire vraiment!

Martine 21/09/2012 21:17


@Lucia,


Avez-vous lu  LOVECRAFT? Je ne le crois pas, pourtant l'evoir  lu me parait essentiel pour comprendre certains cheminements de pensée...Et donc pouvoir y puiser ou du
répondant ou les laisser mourir dans leurs coins, c'est selon...

NeverMore 21/09/2012 14:59


Merci Lucia, pour ce petit coup de bôme, en plein empannage ; en passant, j'aurais préféré, et ce ne serait pas le premier (d'où quelques restes de dysorthographie).


NeverMore, c'est bien sûr d'abord Poe, mais on ne peut pas éviter d'autres rapprochements tout aussi licites.

lucia mel 20/09/2012 22:33


@Martine : merci pour l'info, La joueuse de go, ça semble prometteur comme titre, je viens de lire la fiche Wikipédia : très intéressant pour moi, à plus d'un titre. Sinon, en portugais on dirait plutôt "estar apaixonado/a"...
pour être amoureux (on ne fait pas dans la demi-mesure).


 


@Paul : ah, je pensais que tu voulais dire "analyse" au sens de travail thérapeutique. Il est vrai que l'étude de la psychologie, ou de la philosophie, n'implique pas nécessairement le travail
analytique avec un professionnel.


 


@Never More : bienvenue ! je recopie ici ma réponse au commentaire chez Didier Goux :


 


Never More,

le baume à lèvres : oui !
le beaume : non...

c'était pour sourire ;)) (beau-me : qui est beau ? me ?), le "beau moi" en somme. J'aime jouer avec les mots, sans doute un ouvrage de dames... Mais se dire Never More, n'est-ce pas, aussi, jouer
avec les mots ?

Quoi qu'il en soit, je préfère le baume au coeur ;))


 



NeverMore 20/09/2012 19:22


Lucia Mel, à propos de beaume à lèvres (qui n'existe pas, comme tant d'autres choses ...), une page prise au hasard .



http://www.journaldesfemmes.com/beaute/0611-baume-levres/1.shtml



Ne vous faites aucune idée, l'image du stick est exagérement grossie (mais Laetitia a l'air très satisfaite - cf. la page).


 

paul 20/09/2012 15:08


Lucia


ben


ma démarche n'est ni freudienne ni lacanienne


là je ne parle pas vraiment de ce que je tire de la démarche faite avec une psychiatre


je livrais ma propre pensée, indépendemment de toute école de psychologie