Publié le 23 Mars 2013

20130310.jpg

photo (c) Luciamel, le 10/03/2013, rue des Francs Bourgeois, Paris 4e.

 

 

 

Julie et Aude

Aude et Julie

 

La brune et la blonde.

La toute fine et la pulpeuse.

La très grande et l'enfantine.

 

L'engagée et la littéraire

ou les deux à la fois...

 

Toutes deux blogueuses,

Toutes deux porteuses

d'une lumière voyageuse.

 

L'une par sa profession,

L'autre par sa vocation,

nous font traverser

la Méditerranée.

 

Récit ou Roman.

 

Nos deux écrivaines

viendront nous dédicacer

leurs oeuvres au MDB.

 

***

 

 

Le prochain MDB (Montmartre des Blogueuses) sera littéraire. Aude le Corff et Julie Gommes (@AudeNectar et @jujusete pour les twittos et twittas) sont aussi, de longue date, nos camarades blogueuses, elles viendront au Café Livres le 15 avril à partir de 18h30, pour nous dédicacer et nous parler de leurs livres (un récit sur les révolutions arabes et un premier roman) : 

 

 

 

Il était une fois les révolutions, Julie Gommes, édition de la Mouette (disponible en librairie).

 

Les arbres voyagent la nuit, Aude Le Corff, éditions Stock, date de parution le 03/04/2013.*

 

 

 

 

La soirée est ouverte aux blogueuses et aux amies des blogueuses (oui, c'est "exclusivement féminin"... exception faite pour notre ami peintre, Simon Gaetan, qui, depuis le début de notre aventure, nous taille le portrait tout en douceur, et à l'aquarelle...). 

 

 

 

 

 

 

Lieu de la soirée :

 

 

Le Café Livres


10, rue St Martin, Paris 4e


(face à la tour St Jacques,

et à l'angle de la rue de Rivoli).

 

le 15 avril 2013

à partir de 18h30

 

 

 

 

Aucun rapport... voici un clip pour ne pas illustrer le sujet... je l'ai découvert hier chez Taddéi** (en fait, je connaissais déjà sa vidéo de Lana del Rey) : le Français Woodkid, auteur-compositeur-interprète-réalisateur, pour le lancement de son album Golden Age... où il nous donne sa vision du destin de l'humanité...

 

 

 

 

 

 

 

Venez nombreuses au MDB du 15 avril, mais laissez au préalable votre nom ici (pour la réservation du resto) ou sous forme de tweet à :

 

@Luciamel

@PolluxeBlog

@olympeblogueuse

 

(les trois "organisatrices").

 

 

 

 

A bientôt au Café Livres, et, surtout, n'oubliez pas de vivre... en attendant.

 

 

 

***

 

 

 

 

*si vous n'avez pu en acheter un avant, nous aurons des exemplaires des ouvrages à votre disposition

** je reprendrai bientôt ce thème... celui de Marcela Iacub, et son interview chez Taddéi, car, je dois le dire, cette femme m'intéresse au plus haut point.

 


Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Montmartre des Blogueuses - MDB

Repost 0

Publié le 8 Mars 2013

20120805-001.jpg

photo (c) Luciamel, le ciel d'ici... le 05/08/2012, Paris 4e.

 

 

 

Sur les blogs comme dans nos vies, ou dans nos coeurs, les sujets passent et s'effacent... les peines, les révoltes, les joies, se recouvrent doucement et nous font oublier ce qui nous avait éblouis, consternés ou peinés, juste la veille. Tel un journal télé qui n'a pas le temps de s'attarder sur ses sujets... vite, vite, ça ne sera bientôt plus d'actualité. Le Pape ? du passé. La viande de cheval ? ça a fini par nous écoeurer. La crise ? de rire... La guerre au Mali ? on se prépare déjà à la prochaine. Alors, on tourne tranquillement sur le manège... de nos endormissements. "Ils" nous manipulent, "ils" sont des crapules, "ils" nous gourvernent, "ils"... et "nous" ? que faisons-nous de nos vies, de nos rêves, de notre capacité à changer le monde, de notre temps qui ne cesse de s'écouler dans le sablier ?

 

Aujourd'hui, on nous prescrit de parler des femmes... de leurs droits, de la parité, de l'injustice... etc. Et puis, on nous autorise à défiler, à protester, à nous faire entendre. Entre 14h et 20h, et suivant un itinéraire bien délimité. Nous faudra-t-il prendre en otage nos élèves, comme Adjani dans La journée de la jupe, ou nos dirigeants, comme les Femen dans leurs actions, pour dénoncer l'intorérable du machisme ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors, j'ai envie, comme à mon habitude, d'être décalée. L'étrangère ne se fera jamais aux habits qu'on lui demande de porter, aux mots qu'on lui demande de dire, aux règles qui sont de bon aloi.

 

En ces temps d'injustice, en ces temps de mutation extraordinaire, j'ai foi en l'avenir de l'humain. La résurrection viendra forcément (bientôt Pâques...), même si on ne l'attend pas.

 

Un blogueur ami est mort, il y a deux jours... (une éternité pour la blogosphère), un autre était parti le 27 juillet 2011 (qui en parle encore ?), bien sûr j'y suis sensible car je porte en moi un autre décès... celui d'Elisa, ma soeur, disparue entre le 30 avril et le 1er mai 2009. A force de tourner les pages, à force de faire comme le journal télévisé... nous finirons vieux (pour les plus résistants, car je n'oserais dire les plus "chanceux") sans avoir su que nous avions vécu.

 

La vie m'emmène ailleurs, et, comme je lui suis reconnaissante ! Qui es-tu, toi la vie ? Toi qui me fais quitter ce lieu où mon manège a tourné pendant si longtemps... (entrée dans le studio en 1981 (avec Elisa), repartie en 83 (trop petit pour deux, Elisa y restait), et revenue en 94 (Elisa en partait)... pour l'acheter en 98). Le 29 avril, la vie a décidé que je devais signer les deux actes de vente (celui de la vente du studio et de l'acquisition du nouvel appartement), pour emménager le 30 avril, ou le 1er mai, à Cergy. Date anniversaire de ton départ à toi... vers l'au-delà.

 

Quel est mon message dans tout ça ? Celui de la vie, celui qui me fait me réjouir de, demain, assister au mariage de @Menilmuche et de @Melle_Titam. Celui qui me fait croiser les doigts, et prier, pour l'oiseau (Thierry) qui traverse une sacrée épreuve en ce moment, et particulièrement aujourd'hui. Je pense à lui.

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 1 Mars 2013

Aujourd'hui une de mes étudiantes (japonaise) a fait un exposé sur l'un de ses "dieux" (d'un point de vue cinématographique) : Jean-Luc Godard ("GOD" + "ART" nous a-t-elle expliqué) 

 

 

 

 

 

Elle nous a également dit son admiration pour son professeur de philosophie, un Japonais parfaitement francophone, et grandement respecté en France pour son livre  Une langue venue d'ailleurs... Akira Mizubayashi

 

J'ai demandé aux autres étudiants de réfléchir à quelqu'un qu'ils admiraient beaucoup, quelqu'un qui était pour eux l'égal d'un maître spirituel, ou guide de vie...

 

Pour les deux américains (étatsuniens...), femme et mari, c'était le père du conjoint (émigré écossais aux Etats-Unis) qui avait impressionné la femme, et son professeur de comptabilité qui avait été l'initiateur de vie de l'homme. Pour l'étudiante afghane (prof de français) c'était Ahmad Zahir, chanteur afghan, mort assez jeune dans un attentat, et resté comme une idole romantique pour tout son peuple qui était une image culturelle marquante, pour l'étudiante russe c'est Galina Vishnevskaya (chanteuse lyrique engagée et exilée de Russie avec son mari Rostropovich) qui lui semblait une personne admirable, en tous points : artistique, politique et humain. 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis prof... on me demande rarement, à moi, qui j'admire, qui est pour moi un maître, ou un guide spirituel... Est-ce pour ça que j'écris un blog (pour compenser ma frustration) ???

 

Alors, qui j'admire..? (mes étudiants n'ont eu que 15 minutes pour réfléchir, le temps de la pause-café).

 

Euh... Fernando Pessoa ? Edgar Morin ? Chomsky ? Oliveira ? et une femme ? Malalai Joia (la députée afghane menacée par les salafistes et obligée de se réfugier en Occident) ? Malala (cette jeune pakistanaise blessée mortellement par les talibans parce qu'elle défendait le droit à l'éducation pour tous les enfants : filles et garçons) ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je crois que c'est Malala qui m'impressionne le plus. Elle qui veut affronter les talibans et défendre jusqu'au bout le droit des filles et des garçons à être éduqués. Mes étudiant(e)s afghan(e)s (reçus à l'école dans le cadre d'une coopération culturelle entre les deux gouvernements, français et aghan) me l'ont répété : il y a beaucoup de Malala en Afghanistan, elles meurent car elles défendent le droit des filles, et des femmes, et meurent sous les coups des talibans... mais on n'en parle pas... Il y a beaucoup de Malalaï Joia en Afghanistan, des femmes engagées en politique, qui disent haut et fort la volonté des femmes à assumer des postes de responsabilité. Elles m'ont répété ces jeunes Afghanes (étudiantes en Master pour la plupart) que les femmes gagnaient autant que les hommes en Afghanistan, qu'elles occupaient des postes de responsabilité, qu'au parlemement elles étaient bien plus représentées que les Françaises...qu'elles étaient bien plus courageuses que les hommes, qu'elles n'avaient pas peur de la lutte. Je les ai vues dans les groupes, les hommes près d'elles étaient souvent silencieux et écoutaient avec respect cette parole qui leur semblait être celle de... la liberté ?

 

Un film à voir : Syngué Sabour - Pierre de patience, de et d'après le livre d'Atiq Rahimi.

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #arts - livres - films -spectacles

Repost 0

Publié le 24 Février 2013

20121201-018-copie-1.jpg

photo (c) Luciamel, parc Daumesnil, Paris, le 1er déc. 2012.

 

 

Comme ça doit être triste d'être devenu un blogueur affilié au pouvoir... (comment dit-on déjà ? un asservi ? un serviteur ? un laquais ? ou, comme les appelle Iacub, "les larbins"... ceux qui acceptent, bien volontiers, cet état de choses qui consiste à flatter les puissants). Je les vois, à longueur de journée, essayer de rattraper toutes les bourdes du gouvernement, encenser la moindre petite décision, tresser des lauriers à tous ceux qui pourraient leur donner quelques miettes à grignoter... A croire que Duflot est plus libre qu'eux.

 

Ca devient lassant, inintéressant et stérile... d'assister à ces panégyries de François Hollande.

 

Ils ont participé, de façon assez acharnée, à l'élimination des femmes du PS (Royal, Aubry), ils sont complices et fiers d'avoir porté au pouvoir un des leurs... un traître à sa famille et à sa femme, un opportuniste, un mou, un mollusque... plutôt qu'un cochon (DSK). Voilà leur choix. Tout, plutôt qu'une femme. Telle est leur philosophie (leur pensée ?).

 

Alors, maintenant que Sarkozy est parti, et leur a oté toute substance intellectuelle, ils se contentent de pédaler dans la semoule de leur gloubiboulga.

 

Mais, enfin ! une femme est arrivée pour mettre les pieds dans leur plat, eh non, ce n'est pas Ségolène Royal, c'est Marcela Iacub.

 

J'ai lu l'article de Christine Angot, réagissant à la polémique suscitée par le livre de Iacub, sa posture (d'artiste, d'écrivain) face à la position, plus sauvage, de Iacub m'a convaincue que chacun, chacune, voit toujours midi à sa porte... J'aime la force, l'élégance, la virtuosité des deux artistes et ne souhaite en écarter aucune. Vous deux, mesdames, dites haut et fort ce que je pense, dites de façon irrévérencieuse que nous, femmes, sommes plus libres, par notre condition de dominées, que ceux qui nous dominent. Eux doivent se prosterner face au pouvoir, eux doivent s'écraser s'ils veulent obtenir un poste, s'ils veulent arriver au sommet. François... Hollande a su sacrifier suffisamment (sa famille, ses enfants, son passé, ses engagements) pour être là où il est. Nous, femmes, socialement opprimées (la plupart du temps), je ne dis pas dominées psychologiquement, car le propre du dominé est de trouver un moyen de dominer son dominant... (et les femmes l'ont trouvé : les enfants... et leur maternité !), nous, femmes, n'avons qu'une seule autre arme (mis à part notre ventre et notre capacité à procréer) : l'excès, ou l'hystérie ! en tout cas, l'éclat.

 

Alors, oui. J'approuve la démarche de Marcela Iacub, car elle a réussi à décrire ce qu'est la domination masculine dans toute "sa splendeur"...

 

"Je suis une féministe. Je suis persuadée que la domination masculine se transmet surtout par des voies douces. Par exemple, les codes amoureux." (M. Iacub)

 

Pour conclure mon propos, je voudrais juste indiquer qu'une femme a été élue Présidente de la république en Corée du Sud, et qu'en Afghanistan il y a toujours beaucoup plus de femmes élues au Parlement qu'en France. Nous, Français, sommes le reflet de la domination masculine dans toute sa splendeur depuis des lustres, depuis le code Napoléon.

 

Pour illustrer mon propos deux films :

 

Wadjda

 

Pierre de patience

 

 

 

et une chanson...

 

 

 

 

 

 

et les paroles...

 

 

Voir un ami pleurer,

Jacques Brel

 

Bien sûr, il y a les guerres d´Irlande
Et les peuplades sans musique
Bien sûr, tout ce manque de tendre
Et il n´y a plus d´Amérique
Bien sûr, l´argent n´a pas d´odeur
Mais pas d´odeur vous monte au nez
Bien sûr, on marche sur les fleurs
Mais, mais voir un ami pleurer!

Bien sûr, il y a nos défaites
Et puis la mort qui est tout au bout
Nos corps inclinent déjà la tête
Étonnés d´être encore debout
Bien sûr, les femmes infidèles
Et les oiseaux assassinés
Bien sûr, nos cœurs perdent leurs ailes
Mais, mais voir un ami pleurer!

Bien sûr, ces villes épuisées
Par ces enfants de cinquante ans
Notre impuissance à les aider
Et nos amours qui ont mal aux dents
Bien sûr, le temps qui va trop vite
Ces métro remplis de noyés
La vérité qui nous évite
Mais, mais voir un ami pleurer!

Bien sûr, nos miroirs sont intègres
Ni le courage d´être juif
Ni l´élégance d´être nègre
On se croit mèche, on n´est que suif
Et tous ces hommes qui sont nos frères
Tellement qu´on n´est plus étonné
Que, par amour, ils nous lacèrent
Mais, mais voir un ami pleurer!

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 17 Février 2013

20130215-005.jpg

Photo (c) Luciamel, 15/02/2013, Les Halles, nouvel Eldorado...

 

 

Mike est souvent porté par monts et par vaux, mais il pourrait tout autant naviguer sur les océans... et je le perds parfois de vue, mais toujours nous nous retrouvons. Il vient de me lier à une chaîne, lui qui voudrait tant les briser (les chaînes...) il s'est retrouvé lié (pieds et poings) par le Net et ses travers (de porc ou de cochon : c'est pareil ! je le sais...).

 

Nicolas lui a posé 11 questions, à lui et à 11 autres blogueurs. Pourquoi 11 ? Nicolas seul le sait.  Il lui a demandé d'à son tour poser 11 nouvelles questions à 11 blogueurs. Je répondrai à Mike, sans pour autant faire tourner la chaîne... Ne suis pas assez célèbre pour ça...

 

Voici donc les 11 questions, posées par Mike aux 11 blogueurs dont les noms suivent :

 

1) Pourquoi Jean-Vincent Placé a-t-il soudainement arrêté de jouer au rugby et notamment à cette place de trois quart aile pour Bagnères de Bigorre dans laquelle il brillait ?

2) Pourquoi les chats, à partir d’un certain âge, sentent-ils globalement la pisse ?

3) Pourquoi Didier Goux ?

4) Pourquoi les phacochères ont-ils des dents ?

5) Qu’est-ce que je fous dans cette galère, à ramer ainsi sans but ?

7) Comment l’incinération a-t-elle remplacé la radiation, dans le coeur de Pôle emploi ?

8) Pour quelle raison absurde Marcel Azzola ne figure-il pas dans le dernier classement NME  ?

9) Que fout Marie-anne Chapdelaine (PS Rennes) à l’Assemblée Nationale alors que tout le monde sait qu’elle préfère (et de loin) Bricodépot ?

10) Qui m’a piqué mon string ? Et pourquoi ?

11) Sachant que 27 x 13 = 47, combien font 18 X 49 (sans les décimales) ?

 

Cui cui Fit L’oiseau
Lolobobo
Luciamel (c'est moi...)
El Camino
Captainhaka
Marco
Gildan
Erwan
Dorham
DivineHammer
Ema

 

Et voici mes réponses.

 

1) Pourquoi Jean-Vincent Placé a-t-il soudainement arrêté de jouer au rugby et notamment à cette place de trois quart aile pour Bagnères de Bigorre dans laquelle il brillait ?

 

J'ai dû demander à mon copain ses lumières, car je ne savais plus ni qui était Jean-Vincent Placé, ni ce que ça avait à faire avec le rugby. Par chance, mon copain est toulousain !!! Il m'a expliqué que Jean-Vincent Placé était cet élu et sénateur écolo, né en 68, qui était d'origine coréenne et adopté par des Français. Bon... mais quel lien avec le rugby ? Mon homme n'en savait rien... Il m'a fallu improviser (comme toujours, nous, femmes, devons innover). Il me semble, donc, que le sénateur Placé a dû abandonner cette place de trois quart au rugby, parce que, comme Gandhi, il a cru que la non violence pouvait être plus profitable à sa cause ???

 

 

2) Pourquoi les chats, à partir d’un certain âge, sentent-ils globalement la pisse ?

 

je ne fréquente que les chattes... d'un certain âge, et, en vieillissant, elles ne sentent pas la pisse... mais plutôt la rose... sinon, j'ai aussi parfois croisé quelques chiens, qui, devenus vieux, aboient plus qu'ils ne pissent... Alors, tournons-nous vers les tigres et les loups...et nous en saurons plus sur le vieillissement des humains...

 

 

3) Pourquoi Didier Goux ?

 

parce que son irremplaçable... l'a sauvé.

 

 

4) Pourquoi les phacochères ont-ils des dents ?

 

peuchère... ça existe les phacochères ?

 

 

5) Qu’est-ce que je fous dans cette galère, à ramer ainsi sans but ?

 

ben, parce que moi aussi je dois arriver jusqu'aux Indes... moi, espèce de phacochère !

 

 

6) la question étant manquante, voici ma question : "mais qui êtes-vous donc ?" 

 

je suis ton égal(e)... je suis comme toi, et toi comme moi...

 

 

7) Comment l’incinération a-t-elle remplacé la radiation, dans le coeur de Pôle emploi ?

 

l'irradiation risque de faire muter le coeur dans le corps de l'humain...

 

 

8) Pour quelle raison absurde Marcel Azzola ne figure-il pas dans le dernier classement NME  ?

 

pour la même raison que le fado n'est pas le rock...

 

 

9) Que fout Marie-Anne Chapdelaine (PS Rennes) à l’Assemblée Nationale alors que tout le monde sait qu’elle préfère (et de loin) Bricodépot ?

 

parce qu'elle est une femme... et que comme Wadjda... elle devra lutter longtemps encore pour avoir le droit de faire du vélo ? (comme l'ont fait toutes les Bécassine).

 

 

10) Qui m’a piqué mon string ? Et pourquoi ?

 

le diable... mais qui est le diable ? Il paraît que rien n'existe en dehors de Dieu, et que, donc, le diable est une partie de Dieu. C'est donc, Dieu lui-même qui t'a piqué ton string... Pourquoi ? pour te faire tourner en bourrique... hi hi hi...

 

11) Sachant que 27 x 13 = 47, combien font 18 X 49 (sans les décimales) ?

 

28... ou 38... mais j'ai un doute.

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0

Publié le 15 Février 2013

20130210 001

Photo (c) Luciamel, oeuvre de Speedy Graphito, près de la rue Mouffetard, Paris, le 10/02/2013

 

 

Giuseppe est mon voisin, je vous en avais déjà parlé ici : Dante et les ignares, et ici : Les pigeons sont de sacrés baiseurs. Je le croise presque tous les jours. Je suis heureuse car, en même temps que moi, Giuseppe a trouvé un nouveau nid. Ses amis ont réussi à lui payer un camion où il pourra se tenir debout et dormir... allongé. Voici plusieurs années qu'il a été expulsé de son domicile dans le 4e arrondissement de Paris, il a plus de 70 ans, il a dû se réfugier dans sa voiture, garée près de chez moi (toujours dans le 4e, il y tient !). Son crime ? aimer les oiseaux... et pire... les pigeons.

 

 

"Il y a 3 millions de pigeons dans la région parisienne, qui sont gazés, incinérés...

Qui le sait ?

Personne le sait, mais la Mairie le fait.

Toutes les Mairies le font, en douce.

Voilà. Voilà contre quoi je me bats.

C'est comme pour les Juifs pendant la guerre. Qui savait ? Ceux qui le savaient se taisaient. La plupart des gens, ils ne savaient pas ce qui s'est passé. Ils voyaient seulement qu'ils les prenaient, ils les amenaient... ils les déportaient, ils les faisaient travailler (...) Ils les gazaient. Ils les incinéraient aussi. Et puis quand ça s'est su, tout le monde était consterné, tout le monde était choqué, même ceux qui faisaient semblant de ne pas savoir. Voilà. L'histoire se répète toujours. Au moins avec eux c'est pas la même chose, bien sûr. Les méthodes sont les mêmes. (...)


S'il y a un oiseau qui vole ça les dérange (...)


La Mairie de Paris a introduit les faucons pour diminuer le nombre, justement, des moineaux. C'est Delanoë qui les a introduit dès son élection. Alors, quand le faucon arrive, ils sont en terrain découvert, il les rate pas. Ils vivent comme les rats. Alors, c'est vraiment un comble - un oiseau, il a des ailes pour voler - il est obligé à vivre dans les sous-sols pour ne pas se faire attraper par les faucons. Ca, c'est l'administration de M. Delanoë qui fait ça. Pour quelle raison ? Il faudrait lui demander. C'est incompréhensible, quelle que soit la raison. Qu'est-ce que sont les dégats que peut faire un moineau comparés aux dégats que fait l'homme sur la planète ?(...)


Je suis un nuisible pour eux. C'est la raison de mon expulsion. C'est la raison de mes agressions. Ils les ont laissés me donner des coups de pied dans la tête...(...)


Tu sais, quand on se bat pour un idéal... la mort fait partie de la vie. Et quand on meurt dans son lit par vieillesse, la mort c'est la cessation de la vie. C'est toute la différence.", Giuseppe.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Giuseppe

Repost 0

Publié le 10 Février 2013

20130210-003.jpg

photo (c) Luciamel, oeuvre de Speedy Graphito, près de la rue Mouffetard, Paris, le 09/02/2013

 

 

Je réécoute Bertrand Belin...

 

Aujourd'hui, la Lune a rejoint le Soleil pour fêter pendant trois jours des noces dont nous ne saurons rien... car les tourtereaux resteront cachés durant la nuit. Pour certains, une nouvelle année s'ensuivra, du serpent, de pas trop bon augure... pour ce qui est de l'action et de l'événementiel, mais très positif philosophiquement parlant.  Pour d'autres, des catholiques, croyants, peu ou prou, c'est le Carnaval qui viendra, mardi, battre son plein.

 

J'espère, quant à moi, fêter bientôt avec mon amoureux l'envol vers de nouveaux cieux; entre Carnaval et St Valentin, nous devrions signer, le 13, pour aller voir si ailleurs le ciel est plus bleu. La mouette va regretter Notre Dame... et de ne plus demeurer près de ses tours centenaires, mais le propre des ailes est de nous aider à partir... à tout quitter, et à tout recommencer. Sans regret. Avec bonheur même.

 

 

 

 

 

Si tu t'en vas, ne sois plus mon frère...

Je vais me taire...

Je serai muet, muet le matin...

Et muet dans le soir, comme tout, alentour

Je n'ai pas fait cette maison pour rire...

Ils veulent la guerre, ils veulent tes bras,

Toi, tu leur donneras, tu feras ton fier...

Si tu t'en vas, ne sois plus mon frère...

(B. Belin)

 

 

 

 

 

Pour aller te voir il faut prendre le train...

J'ai le sucre au bord des lèvres...

Dîner de sardines me dirait

sur un lit de tomates vertes...

Malgré mon très jeune âge

voici ma demande en mariage,

me dirais-tu seulement "peut-être",

ce serait le plus doux des "peut-être"

et j'attendrai à tes abords que tu sois prête

Porto...

Partager sur un un bateau

Un verre de très vieux vin de Porto...

 

Oh Madeleine,

ma chère tante Madeleine

Dans ta maison basse aux parfums de l'hiver

Ca risque de prendre du temps

Oh, Madeleine,

tes bigoudis c'est des fleurs de printemps...

un bouquet de jeunes impatients...

(B. Belin)

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Poésies - musiques

Repost 0

Publié le 8 Février 2013

20130207-002.jpg photo (c) Luciamel, aquarelles de Simon Gaëtan, le 06/02/13, au Café Livres, Paris, Châtelet.

 

 

Nous étions dix, et cent... nous étions des milliers. Nous tweeterons les mots pour qu'un jour les enfants sachent qui nous étions...

 

Notre dernière réunion de blogueuses a eu lieu en toute tranquillité, et la référence à la chanson de Jean Ferrat, "Nuit et Brouillard", je la dois à Chantal, ma chère lectrice de Bordeaux rencontrée à Paris peu de temps avant notre soirée du MDB. Elle m'a offert le livre de Charlotte Delbo Aucun de nous ne reviendra, sans savoir que ce thème d'Auchwitz me touchait au plus profond de moi-même (peut-être une vie antérieure...). Et, comme par hasard, je viens trouver un article sur l'écrivaine dans le dernier Télérama (paru le 6 février)...

 

"Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers
Nus et maigres, tremblants dans ces wagons plombés,
Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants
Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent.
Ils se croyaient des hommes n'étaient plus que des nombres,
Depuis longtemps leurs dés avaient été jetés,
Dès que la main retombe il ne reste qu'une ombre
Ils ne devaient jamais plus revoir un été.

(...)

On me dit aujourd'hui que ces mots n'ont plus cours
Qu'il vaut mieux ne chanter que des chansons d'amour
Que le sang sèche vite en entrant dans l'histoire
Et qu'il ne sert à rien de prendre une guitarre.
Mais qui donc est de taille à pouvoir m'arrêter
L'ombre s'est faite humaine, aujourd'hui c'est l'été,
Je twisterais les mots s'il fallait les twister
Pour qu'un jour les enfants sachent qui vous étiez."

Jean Ferrat, Nuit et brouillard


 

 

20130207-006.jpg

photo (c) Luciamel, aquarelles de Simon Gaëtan, le 06/02/13, au Café Livres, Paris, Châtelet.

 

 

Nous étions, par ordre d'entrée en scène :

 

Scharlotte en France   et  L'eros de Scharlotte - @deScharlotte

Polluxe -  @PolluxeBlog - @MDBlogueuses

 Luciamel -  @Luciamel

 Le blog de Martine Silber - @Marsupilamima

Plafond de verre - @Olympeblogueuse

Femme de joueur @femmedejoueur

@KlarAgora

Quoi de 9 Cécile - @CeciledeQuoide9

Laloute.net - @sasatouite

La Robe de Michelle

Un dessin par jour - @undessinparjour

 

et notre artiste Simon, dont les aquarelles illustrent ce billet... faisant le portrait de la plupart des blogueuses présentes.

 

Les sujets ont fusé, tourné, et virevolté... parfois personnels (problèmes de la vie de couple, de travail; sexualité et choix de contraception; bobos au corps; vente et achat d'appartement; sous-location; aristocratie et intégration sociale...), ils ont vite abordé des thèmes plus généraux (le mariage gay, la PMA, etc., et le nom du père; la ménopause; les dénis de grossesse; la grossesse gemellaire et la gémellité; l'expatriation et le choc des cultures; le théâtre et les performances théâtrales; la psychanalyse...), et d'autres que j'ai ratés... (sur la mode et les blogs de "filles") ou pas entendus...

 

Le mieux, la prochaine fois, ça serait de vous joindre à nous et de participer à notre ronde de filles qui tweetent, bloguent, blaguent, et refont le monde à leur manière.

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Montmartre des Blogueuses - MDB

Repost 0

Publié le 1 Février 2013

20130201-011.jpg

photo (c) Luciamel, tag RER A, direction Cergy... le 1er/02/2013

 

 

 

Après être allées au théâtre, puis à l'expo, nous revenons à nos fondamentaux, nous allons nous retrouver entre nous, autour d'un bon verre, d'une collation, d'une conversation animée, illustrée par notre ami Simon (qui navigue sur internet, et ailleurs, à son gré). 

 

Nous ? les blogueuses, les femmes, les sportives, les artistes, les écrivaines, les journalistes, les artistes, les amoureuses, les mères, les pas-mères, les hétéros, les lesbiennes, les comme-ci et les comme-ça, les d'ici et d'ailleurs, et puis vous et nous, Polluxe , Olympe et moi, qui sommes là depuis le début de notre aventure MDBesque.

 

Où ? Quand ?

 

 

 

 

Le Café Livres (ou Café l'Ivre)


10, rue St Martin, Paris 4e

(face à la tour St Jacques, et à l'angle de la rue de Rivoli).

 

le 6 février 2013

à partir de 19h

 

 

 

 

indiquez votre participation à la soirée, ici en commentaire, ou sur les comptes Twitter :

 

@MDBlogueuses

@Luciamel

@PolluxeBlog

@Olympeblogueuse

 

 

 

 

 

Une vidéo de Ana Moura qui passe le 9 février au Café de la danse, malheureusement c'est complet ! et je ne pourrai pas aller la voir...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Montmartre des Blogueuses - MDB

Repost 0

Publié le 25 Janvier 2013

20130118-003.jpg Photo (c) Luciamel, place de la Bastille, première neige, le 18/01/2013.

 

 

 

Ne pas parler de tout (l'actualité en long en large et en travers), ne pas parler de rien (nos états d'âme à tout va). Entre les deux mon coeur balance. Se taire, l'éventuelle option.

 

J'aime ce film, j'aime ce livre, ou j'écoute ce disque... Bien... mais encore ?

 

J'aime cet homme. C'est mieux, sans nul doute... mais encore ?

 

Le monde se vomit lui-même, me dit-on. Le monde se tord de douleur, le monde accouche de lui-même... veux-je croire.

 

Une affiche me dit sur le mur d'un métro que les femmes mariées ont un amant, un homme titubant nous serine, dans le même métro, que c'est dur pour lui parce qu'il est vieux et malade, nous supplie de lui donner une pièce, un ticket resto...

 

Certains hurlent, d'autres prient pour que le monde tienne tel qu'il est.

 

Une femme est libérée au Mexique, on en fait une icône... est-elle la nouvelle Ingrid Betancourt du nouveau pouvoir ? elle va faire le tour des télés, elle va représenter quoi ? Même si Florence Aubenas y croit depuis longtemps, on se dit que tout cela ne va faire valoir que ce que de droit... et c'est bien... mais... tout cela va aussi servir à valoriser les ayant droit du moment,  i.e. les dirigeants politiques.

 

La fashion week est finie... et pourtant elle continue sur nos antennes télévisées, à chaque jour nous avons une info qui va servir de faire-valoir aux ministres, et à leur Président. Oyez, oyez, braves gens, à la foire aux bonnes nouvelles ce sont les soldes toute l'année.

 

Gober. Voilà tout ce qui nous est demandé. Gober les guerres, gober les prix, gober les scandales, les parties fines des politiques, les salaires faramineux des sportifs et des PDG, les privilèges des nantis, les palaces qui nous sont interdits... et gober TF1 de surcroît qui vend notre cerveau à moindre prix.

 

Vomir... ce monde, ou accoucher du nouveau. Voilà tout ce qui nous reste à nous le monde des petits, nous le plus grand nombre, nous le seul monde qui existe.

 

Alors se taire. Jusqu'au moment où le cri sera plus fort que la nuit. Ici ou au Mexique.

 

 

 

 

Nancy Huston, Le mâle entendu...

Voir les commentaires

Rédigé par Luciamel

Publié dans #Politique - société

Repost 0